Les épreuves de Maryam bint Imran, l’adoratrice (d’Allah)

L’histoire de Maryam se poursuit avec la révélation de son destin : son futur fils, élu prophète.

La révélation

Mentionne, dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l’orient. Elle mit entre elle et eux un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait. (Maryam ‘Marie’ 19:16-17)

Un jour où Marie était sortie prendre de l’eau seule, elle reçut la visite de l’ange Djibril. Ce dernier prit l’apparence d’un homme parfait au beau visage et vêtu de blanc. Effrayée de voir un homme si proche d’elle, Marie se réfugia auprès d’Allah contre lui.

Elle dit : « Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, (ne m’approche point) ».(Maryam ‘Marie’ 19:18)

Djibril l’a rassura en lui faisant comprendre qu’il était un ange et avait été envoyé par Allah pour lui annoncer une nouvelle : la venue d’un fils pur. En effet, Allah l’avait envoyé pour lui insulfer l’âme de Jésus, le Messie.

Il dit : « Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur ».(Maryam ‘Marie’ 19:19)

Marie n’accueillit pas cette annonce comme une bonne nouvelle. Elle savait qu’elle était vierge et sans époux. Elle demanda alors à Djibril comment une chose pareille pourrait se réaliser.

Elle dit : « comment aurai-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et que je ne suis pas prostituée ? ».(Maryam ‘Marie’ 19:20)

Ce dernier lui fit comprendre que pareille chose n’était pas impossible à Allah. N’avait-Il pas conçu Adam sans père ni mère ? Et Eve sans mère ? Créer Jésus sans père n’était pas une chose impossible à Allah.

Il dit : « Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée ».(Maryam ‘Marie’ 19:21)

Djibril souffla alors sur sa poitrine et Marie tomba enceinte.

Ses épreuves

Ce moment fut une très grande épreuve, pour elle, car sa grande piété, sa dévotion et la réputation de sa famille étaient connus de tous.  Elle appréhendait la réaction des gens, qui l’accuseraient de n’avoir pas été chaste.

Quand les signes de grossesse commencèrent à apparaître, un homme du nom de Joseph ibn Jacob an-Najjâr, le fils de son oncle maternel, fut étonné de la voir enceinte. Étant l’un de ses proches parents, il était bien informé de sa piété et de sa droiture. L’idée de Marie, enceinte, sans mari, était inconcevable pour lui.

Lorsqu’il a souhaité en parler avec Maryam, celle-ci lui dit : « Dis de belles paroles ». Youssouf lui dit alors : « Dis moi Maryam, est-ce que les plantes poussent sans qu’on ait planté de graines ? ».

Elle lui répondit : « Oui, n’as tu pas su que Allah a fait pousser les premiers arbres sans graines ».

Alors Youssouf lui dit : « Tu as dis vrai Maryam ! ».

Puis il lui dit alors : « Est-ce qu’il y aurait un fils sans qu’il n’y ait de père ? »

Elle répondit : « Oui bien sûr, n’as tu pas su que Allah a crée ‘Adam et Hawwa sans père ni mère »

Il lui dit alors : « Et pour celui qui est dans ton ventre, qui est donc son père ? ».

Et Maryam lui répondit en se fiant totalement à Allah : « C’est un don que mon Seigneur m’a accordé, et son exemple est comme celui de ‘Adam, tout comme Allah a créé ‘Adam sans père ni mère, Il l’a crée de terre, Il a aussi créé Issa sans père ».

Elle tint également les mêmes propos à son parrain Zakaria.

Lorsque sa grossesse fut apparente, elle s’éloigna de la ville pour terminer sa grossesse et accoucher loin des regards.

Elle devint donc enceinte (de l’enfant), et elle se retira avec lui en un lieu éloigné.(Maryam ‘Marie’ 19:22)

Lorsque les douleurs de l’accouchement survinrent, Marie fut désespérée à l’idée de retourner chez elle avec cet enfant que tout le monde qualifierait d’illégitime et la couvrirait de blâme. En plein désert, elle s’adossa à un palmier desséché pour accoucher. Dans sa douleur, elle souhaita mourir et être oubliée plutôt que de retourner auprès de son peuple.

Puis les douleurs de l’enfantement l’amenèrent au tronc du palmier, et elle dit : « Malheur à moi ! Que je fusse morte avant cet instant ! Et que je fusse totalement oubliée ! ».(Maryam ‘Marie’ 19:23)

Alors Jésus, dans son ventre lui répondit (certains disent que c’est Djibril) et la rassura. Il lui prescrit de manger, de boire et de sécher ses larmes. Et de retourner ensuite aux habitants de Jérusalem en leur disant qu’elle avait jeuné et avait donc fait voeu de ne parler à personne.

Elle secoua donc le palmier et mangea les dattes miraculeusement tombées de l’arbre; but de l’eau d’un petit ruisseau qui coulait près d’elle, prit son enfant et se dirigea vers la cité.

Alors, il l’appela d’au-dessous d’elle, (lui disant 🙂 « Ne t’affliges pas. Ton Seigneur a placé à tes pieds une source. Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres. Mange donc et bois et que ton œil se réjouisse ! Si tu vois quelqu’un d’entre les humains, dis (lui 🙂 « Assurément, j’ai voué un jeûne au Tout Miséricordieux : je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain ».(Maryam ‘Marie’ 19:24-26)

Comme elle s’y attendait, les habitants de Jérusalem l’accueillir avec blâme en la voyant avec un bébé dans ses bras. Ces derniers lui rappelèrent la réputation de sa famille et de ses proches. Haroun par exemple qui était un homme pieux et vertueux qui faisait parti des fils de Isra’il.

Puis elle vint auprès des siens en le portant (le bébé). Ils dirent : « O Marie, tu as fait une chose monstrueuse Sœur de Haroun, ton père n’était pas un homme de mal et ta mère n’était pas une prostituée ».(Maryam ‘Marie’ 19:27-28)

Maryam affronta les injures de son peuple par le silence. Cependant, les reproches se firent insupportables telles que Marie pointa du doigt son fils dans le berceau. Les habitants crurent alors qu’elle se moquaient d’eux. Comment pouvait-on demander à un nouveau-né de répondre à sa place ?

Elle fit alors un signe vers lui (le bébé). Ils dirent : « Comment parlerions-nous à un bébé au berceau ? ».(Maryam ‘Marie’ 19:29)

Jésus prit alors la parole et lava l’honneur de sa mère tout en la rassurant sur son avenir et en témoignant de sa bienveillance envers elle.

Mais (le bébé) dit : « Je suis vraiment le Serviteur d’ALLAH. Il m’a donné le Livre et m’a désigné Prophète. Ou que je sois, Il m’a rendu béni ; et Il m’a recommandé, tant que je vivrai, la prière et la Zakât ; et la bonté envers ma mère. Il ne m’a fait ni violent ni malheureux. Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant ».(Maryam ‘Marie’ 19:30-33)

Grâce à l’intervention d’Allah au travers de la parole de Jésus, Marie fut lavée de tout soupçon parmi les gens présents ce jour-là. Et enfin, Jésus montra à tous par sa parole qu’il n’était qu’un homme au service d’Allah et non pas divin.

Malgrè sa réputation lavée, Maryam dû quand même s’exiler accompagné de son cousin Joseph. Tout son peuple n’était pas complètement convaincu de son innocence. Elle éleva Jésus et l’accompagna toute sa vie.

Son rappel à Allah

Marie fut rappelée à Allah 6 ans après l’élévation de Jésus. Elle avait alors 50 ans passés. Elle ne fut jamais mariée.

Ibn ‘Abbâs a dit :  » … Maryam vécut 6 ans après l’élévation d’Issâ, alayhi salam, alors qu’elle avait 50 ans et quelques.”

Voici donc l’histoire de Maryam, qui a vécu aux côtés de ‘Issâ, paix sur lui, a vécu des moments difficiles, n’a connu ni foyer ni mari, a assisté à l’élévation de son fils, a connu l’amertume et la douleur, l’instabilité, mais en contre partie, elle a été élue par Allah maîtresse des femmes de l’univers, des femmes du paradis.

Maryam a été longuement éprouvée. Elle a vu la disparition de ses proches : son père est décédé en premier ensuite sa mère. Elle fut accusée en son honneur le jour où elle vint voir son peuple portant dans ses bras ‘Issâ, paix sur lui et fut témoin des périples accompagnant son fils.

Son tuteur Zacharia fut cruellement assassiné et Yahya son cousin égorgé.

Cet article est une compilation de diverses recherches. Certains passages ont été repris tels quels.

Sources :

islamreligion.com

islam-informations.net

imaniatte.over-blog.com

el-ilm.net

baladislam.over-blog.com

sunnite.net

wikipedia.org

Laisser un commentaire